Volet paysager pour le SCoT du Plateau picard, 2006

« Le paysage n’existe que par rapport à la société qui y a investi ses valeurs et par rapport à chaque homme qui le perçoit à travers les siennes. » (Brunet)

Le territoire du ScoT « Pays Clermontois – Plateau Picard », regroupant 68 communes sur le département de l’Oise, avec 56 000 habitants, s’inscrit dans l’unité géographique de la Picardie et s’étend sur 556 km². L’objectif de cette étude est d’apporter une vision supra-communale du capital paysager assurant la cohérence des politiques locales en matière d’aménagement et de développement du territoire.

Les unités paysagères

Nous appelons entités paysagères de grands ensembles paysagers cohérents rassemblant sur un même espace des caractères communs dans les formes du relief, de l’hydrographie, de la végétation, des structures urbaines, de l’occupation du sol, de l’architecture, de l’histoire…

Le Plateau Picard, de grandes cultures et l’omniprésence du ciel…

Le Plateau Picard est un territoire crayeux présentant une étonnante diversité de vastes plateaux céréaliers, de vallons verdoyants et de coteaux secs boisés. La céréaliculture intensive accentue son caractère horizontal  où les champs s’étendent à perte de vue et font perdre à l’observateur la notion d’échelle, où  les formes bâties acquièrent une importance perceptive particulière. L’absence de mitage et la faible densité des villages appuient l’immensité de cet espace. Dans le même temps, les grandes cultures du Pays de Chaussée suivent les vallons et se ponctuent de boisements ; il offre des versants des vallées humides riches en peupleraies, étangs, cressonnières et tourbières.

2.3.2059_SCOT_Picard-Paysages1

Paysages caractéristiques des environs de Beaupuits et Moyenneville.

Prairie humide vers Montceaux / Forêt alluviale entre les deux Breuil / Tilleuls taillés en rideaux à La Ferrière / Bovins vers Le Plesseret / Peupliers et friche humide à Wacquemoulin.

Prairie humide vers Montceaux / Forêt alluviale entre les deux Breuil / Tilleuls taillés en rideaux à La Ferrière / Bovins vers Le Plesseret / Peupliers et friche humide à Wacquemoulin.

Le Clermontois, un massif calcaire découpé par des rivières

La diversité paysagère du Clermontois provient de sa structure calcaire dominante au caractère rural affirmé, aux villages en pierre accompagnés de fermes et châteaux, aux bois et forêts. Traversé par des rivières, ses vallées sont devenues des axes de passage soumis aux influences urbaines et industrielles. Celle de la Brèche subit à ce titre une pression urbaine qui induit  l’installation de zones industrielles et commerciales.

Une urbanisation s’adaptant aux contraintes du lieu

Le territoire du SCoT « Pays Clermontois – Plateau Picard » se caractérise par une urbanisation de villages et gros bourgs répartis de façon homogène, organisés autour d’un centre ancien traditionnel d’origine rurale où subsistent de nombreuses fermes. Les villages restent distincts les uns des autres, espacés par les vastes zones agricoles. Leurs rues sont droites et larges pour faciliter le passage des engins agricoles et des troupeaux. Les parcelles sont perpendiculaires à la voie, les constructions ne sont pas systématiquement alignées mais en retrait pour accueillir un verger ou un potager. Il serait juste de prévoir un développement de la construction qui ne modifie pas ces règles d’implantation.

Les typologies urbaines : un village-étoile : Rouvillers / un village-rue : St-Aubin-ss-Erquery / un village en T : Lieuvillers / Cimetière isolé à Fournival / Cimetière rattrapé par l’urbanisation à St-Just-en-Chaussée.

Les typologies urbaines : un village-étoile : Rouvillers / un village-rue : St-Aubin-ss-Erquery / un village en T : Lieuvillers / Cimetière isolé à Fournival / Cimetière rattrapé par l’urbanisation à St-Just-en-Chaussée.

Une architecture civile et rurale riche, des motifs identitaires

Le plateau est le domaine des fermes en cœur de bourg et des fermes isolées aux airs de forteresse.  En outre, le substrat crayeux, dictant une hydrologie très particulière, a favorisé la construction de puits, châteaux d’eau et de mares qui tendent à disparaître. Le territoire présente également un espace public caractéristique : l’usoir, une bande de terrain comprise entre le bâti et le caniveau de la voie traditionnellement destiné à entreposer le bois, les machines. De nos jours, il est souvent utilisé pour le stationnement automobile…

Ferme isolée à Grandvillers-aux-Bois / Long mur de ferme à Royancourt / Magnifique grange en bois à Ansacq / Château d’eau à Lieuvillers / Puits à Royancourt / Mare comblée à Domfront.

Ferme isolée à Grandvillers-aux-Bois / Long mur de ferme à Royancourt / Magnifique grange en bois à Ansacq / Château d’eau à Lieuvillers / Puits à Royancourt / Mare comblée à Domfront.

Le territoire du ScoT possède en outre une multitude d’églises,  quelques châteaux remarquables, de belles propriétés, de nombreuses croix à l’intersection des chemins, des monuments aux morts (terrible souvenir de la guerre 14-18), des chapelles, oratoires, moulins, fontaines, lavoirs, autant de témoignages de l’art du savoir-faire des générations passées. Edifié sur une assise calcaire, l’habitat traditionnel a principalement employé ce matériau. Au XIXème siècle, l’industrialisation a introduit l’utilisation de la brique essentiellement pour les moulins, petites industries, manufactures, bâti ouvrier, puis associée à la pierre calcaire pour les habitations, les édifices publics, les châteaux

Eglise en briques de Domfront / Eglise en pierre de Maignelay-Montigny / Porche d’entrée à Moyenneville / Maison-ferme à St-Martin-aux-Bois / Toitures de tuiles plates à St-Martin-aux-Bois / Mur en moellons calcaire à St-Martin-aux-Bois / Colombages et remplissage de briques à Montceaux / Château de St-Rémy-en-l’Eau.

Eglise en briques de Domfront / Eglise en pierre de Maignelay-Montigny / Porche d’entrée à Moyenneville / Maison-ferme à St-Martin-aux-Bois / Toitures de tuiles plates à St-Martin-aux-Bois / Mur en moellons calcaire à St-Martin-aux-Bois / Colombages et remplissage de briques à Montceaux / Château de St-Rémy-en-l’Eau.

2.3.2059_SCOT_Picard-carto

Enjeux pour le territoire du ScoT « Pays Clermontois – Plateau Picard »

Le caractère de ses paysages tient à l’importance des étendues agricoles et à son urbanisme spécifique. Les extensions de ses villages et bourgs soulèvent donc un fort enjeu. S’implantant en leur périphérie, elles modifient la limite entre l’urbain et le rural, d’autant plus perceptible que le contexte topographique est ouvert. Souvent réalisées suivant des modèles urbains (« lotissement en escargot », habitat diffus) ignorants des spécificités locales, elles n’entretiennent que peu de rapports avec l’environnement bâti et paysager dans lequel elles sont censées s’insérer. Or, pour préserver le caractère rural des paysages sans figer l’urbanisme villageois dans ses formes traditionnelles, il faudrait que les extensions, densifications, ou reconversions soient conçues en rapport à l’existant.

 

Carte d’identité

Maîtrise d’ouvrage : Syndicat Mixte Clermontois Plateau Picard / Groupement PROSCOT / Maîtrise d’œuvre : E.A.U. (mandataire), Groupe-6, Urbanis, Futurouest, Citétudes / 2006 / Au sein de Groupe-6, élaboration des cartographies avec l’appui de Valérie Thierry, urbaniste.