St-Julien-en-Genevois, requalification du centre ville, 1995

Suite au transfert de son lycée, Saint-Julien-en-Genevois se voit pourvue d’un terrain de 1,5 hectares, situé au coeur même de la ville et bordé par le Crêt. Dans une logique de reconquête de son centre-ville, la commune lance une réflexion architecturale et urbaine sur ce site laissé vacant.

Des fonctions urbaines à renforcer pour créer du lien

La réalisation d’une place suffisamment vaste sera un élément déterminant pour offrir une identité au lieu et lui permettre  d’accueillir le marché. La nouvelle place (1) propose une connexion entre le cimetière, le quartier résidentiel, le centre-ville, l’hôpital et les futures zones d’habitations. Cette connexion s’établit par des appels visuels interpelant chaque espace, liens appuyés par un double alignement d’arbres et un revêtement de sol unitaire.  C’est par un travail sur la couture et la tension entre les différents lieux chargés de vie et de mémoire que la commune peut reprendre sa dimension d’unité urbaine.

2.3.81_St-Julien_PM copie

A l’extrémité de la place, une placette circulaire (2) d’où émergent quatre colonnes de granit humides d’eau ruisselante, la connecte au Crêt par l’intermédiaire de quelques gradins mettant en scène la qualité du site.

Des nouveaux logements

La commune, étant en déficit de logements, deux îlots accompagnent le projet. Par son orientation, sa typologie et sa morphologie, l’îlot nord (3), composé d’environ 90 logements, borde la promenade du Crêt et fait lien avec les habitations rue du Salève. Par sa densité, sa hauteur et ses percements, l’îlot sud (4), composé d’environ 50 logements, vient compléter le tissu bâti de l’hyper-centre, fermer la nouvelle place et la raccorder à l’axe paysager.

2.3.81_St-Julien-Genevois_croquis1

La promenade du Crêt

Gardienne de l’identité du bourg de Saint-Julien et de la mémoire de ses habitants, la promenade du Crêt s’ancre sur son territoire sous la forme d’un talus planté, perchée parfois à plus de dix mètres au-dessus de la ville (5). Promontoire naturel, la promenade devient une ligne végétale et minérale longue de 350 mètres. Elle s’engage sous les frondaisons denses des arbres, signalée au sol par un jeu de bandes colorées ondulant entre le double alignement de platanes. Des clairières matérialisées par des planchers de bois offrent des pauses lumineuses et ensoleillées au promeneur. Tout le long du Crêt, de petits belvédères en structure légère, comme posés en équilibre sur le bord de la pente, ménagent des échappées visuelles sur l’horizon et la ville à travers la densité des plantations. Aux abords du cimetière, la promenade se termine par un éperon engazonné à la géométrie épurée, tailladée dans sa longueur par un auvent étroit dirigeant le regard vers le Mont Salève.

2.3.81_St-Julien-Genevois_croquis3

0_feuille_droite1

Carte d’identité

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Saint-Julien-en-Genevois / Projet réalisé avec  Thierry Bernardoux et Cyril Hébral, architectes / Superficie : 1,5 Ha / 1995 / concours d’idées ayant obtenu le 3ème prix.