« Jouer au jardin », 15ème festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire, 2006 : Un « rubik’s cube » dans le jardin

qui joue « à pile ou face », qui compose, décompose puis recompose tour à tour de nouvelles représentations graphiques et colorées. Il nous réinvente le jardin imaginaire de notre enfance, lorsqu’on rêvait de pouvoir un jour nous aussi, vivre les merveilleuses aventures d’Alice…

Dans notre culture occidentale, le jardin propose à chacun d’entre nous ses aménagements, ses éléments de composition sur lesquels notre imaginaire projette ses propres images, ses envies, ses secrets.

Replongeons-nous dans l’enfance et déjà le jardin prend une autre allure

L’échelle de l’espace, la dimension des végétaux se déforment ; l’envie irrépressible de découvrir, de jouer, de se cacher apparaît. Tout comme pour Alice plongée au Pays des Merveilles, les objets se dilatent ou rétrécissent, les végétaux deviennent immenses, les herbes se transforment en lianes, les fleurs en cachettes…

Chaumont2-plan

Notre jardin est une clairière tranquille. De son sol mouvant en graviers colorés et de mottes herbues, a surgi curieusement un drôle d’objet pareil au « rubik’s cube » de notre adolescence… Sur ses cinq faces imprimées recto-verso, des fleurs immenses, des herbes longilignes, des feuilles inquiétantes ; le monde végétal est épuré, révélé, pigmenté, pixelisé ; il révèle sa variété infinie de structures, de couleurs, de textures, de membranes…

Chaumont2-cubes-bis

en verso face 1 : « Sarah » ; en recto face 2 : « Pas japonais » ; en recto face 3 : « Balise » ; en recto face 4 : « Jour de malchance ».

Chaumont2-cubes

En situation 1 : « On isles ». En situation 2, l’oeuvre s’efface et en situation 3, « Jour de malchance » apparaît. En situation 4, « Jour de malchance » est entièrement visible.

Dimension technique

Ce cube est réalisé en structure type « cage à ours », dont les montants sont en bois. Chacune de ses faces est composée de 25 panneaux mobiles qui pivotent sur leur axe. Ces panneaux de bois MDF hydrofuge ont reçu recto-verso une impression numérique par sublimation à chaud avec encres pigmentées (tenue dans le temps, résistance à l’atmosphère extérieure). Les panneaux des façades pivotent grâce à la manipulation manuelle du visiteur, exerçant un mouvement de rotation selon leur axe tantôt vertical, tantôt horizontal. Leurs mouvements successifs génèrent de nouvelles visions, nous donnent à voir le jardin de manière différente. Cette rotation est rendue possible grâce à un système de rotule en métal.

L’espace intérieur du Cube est accessible aux visiteurs ; sur deux faces, sont ménagées des portes elles-mêmes pivotantes. L’esprit est bien de conserver une lecture volumétrique du Cube le plus souvent possible.

0_feuille_gauche2Carte d’identité

Architecte et graphiste : Philippe Maillard / Paysagiste : Nathalie Poiret / Surfaces du jardin : 200 m2, du cube : env 12 m2 / Estimations du jardin : 2700 € HT, du cube : 7000 € HT / concours perdu, 2006.